Nous avions prévu un tour de Corse éclair. Mais la météo en a décidé autrement. Finalement, ç'est un aller-retour express sur Bonifacio que nous avons effectué.

Départ Vendredi 27 septembre vers 9 heures, la machine est désormais bien rodée, quarts et déjeuners se mettent tout naturellement en place. Après une succession de vents et de calmes, nous apercevons le feux des îles sanguinaire vers 6 heures du matin. Régulièrement, en absence de réseau nous informons nos proches à l'aide des balises Spot.

La matinée est belle et le moteur Volvo nous pousse régulièrement à 6 noeuds de moyenne. Mais les choses vont changer rapidement . En effet à l'entrée des Bouches de Bonifacio, précisément au cap Sénétosa, le vent a soudainement forci: 25 noeuds rafales à 30. C'est après 8 heures de navigation au prés et en tirant de nombreux bords dans une mer hachée que nous avons atteint Bonifacio.

Accueil très sympa de la capitainerie.

Après un excellent dîner au restaurant " Le Voilier " malgré un accueil frisquet , il faut dire que nous avions choisi le menu à 34 Euros servi jusqu'à 20h 30, c'est avec grand plaisir que nous avons retrouvé le fond de nos bannettes .

Un Dimanche paisible, avec apéro chez nos sympathiques voisins à bord du Djimmi, visite de cette magnifique ville. La Météo prévoyant un fort coup de vent pour le jeudi et le vendredi,nous prenons la décision d'abandonner notre tour de Corse et de prendre le chemin du retour par l'ouest avec une escale à Porto Pollo.

Lundi matin 9 heures: départ pour Porto Pollo. La mer est encore hachée et le vent fort WNW 25 noeuds rafales à 30 noeuds. La trinquette est établie et nous décidons de prendre les deux ris. Nous larguerons assez rapidement le deuxième ris. Le bateau récemment caréné passe merveilleusement bien dans la vague et nous marchons régulièrement à 6 noeuds avec des pointes à 8.

18heures 45 nous sommes au mouillage sur bouée à Porto Pollo, dans un calme absolu, parfaitement protégé des vents de secteur NW.

Mardi 2 octobre, 9 heures du matin, nous quittons à regret notre mouillage pour Port Grimaud.. Une traversée sans histoire, sans moteur. Une arrivée vers 12h30 sous le soleil et au milieu des magnifiques vieux gréements des voiles de Saint Tropez. Peut on rêver d'une plus belle arrivée !

Je remercie encore une fois mon co-Skipper Guillaume , qui me surprend d'année en année par sa progression. Il est vrai qu'il navigue pratiquement toutes les semaines sur son désormais célèbre Django Araok- Atao 2.

Je voudrais aussi dire, combien j'apprécie ce merveilleux bateau qu'est le Dufour 34 E.